La vaccination de la coqueluche :

 

La vaccination est le meilleur moyen pour éviter la recrudescence de la maladie. Elle a été introduite en france depuis une quarantaine d'années. 50 % des cas de coqueluche des nourrissons sont dus à un retard de vaccination.
Le vaccin contre la coqueluche doit être administré aux 2, 3 et 4ème mois du bébé. Ensuite un rappel aux alentours des 18 mois, puis 10 ans plus tard.

En 2008 le haut conseil de la santé publique conseille "la pratique d’un rattrapage coquelucheux chez l’adulte n’ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des dix dernières années, notamment à l’occasion du rappel décennal diphtérie-tétanos-polio de 26-28 ans, avec le vaccin dTcaPolio."(BEH 16-17 / 22 avril 2008).

En effet, depuis une dizaine d'années, le rappel après les 18 mois de l'enfant n'étant plus pratiqué, le mode de transmission a changé : désormais il va de l'adolescent et l'adulte vers le nouveau né, alors que jusqu'ici le virus se transmettait uniquement d'enfant à enfant.
C'est donc la raison pour laquelle la vaccination est recommandée pour les adolescents, ainsi que les jeunes parents et les personnes travaillant aux contacts de nouveaux-nés.

Effets indésirables :
- fièvre
- rougeur cutanée
- cris persistants
- réaction anti-inflammatoire
- cyanose
- durillons sous la peau
- convulsions, spasmes
Contre-indications :
- fièvre
- réaction à d'autres vaccins
- antécédents allergiques
- encéphalopathies évolutives
- chez les femmes enceintes, le vaccin peut provoquer des risques d'accouchement prématuré et des fausses couches